Le comité de la Chambre des États-Unis approuve à l’unanimité une mesure visant à assouplir les restrictions sur les véhicules autonomes

Un panel de la Chambre des États-Unis a approuvé ce matin à l’unanimité une proposition qui permettrait aux constructeurs automobiles de déployer des dizaines de milliers de véhicules autonomes sans respecter les normes de sécurité automobile existantes, rapporte Reuter. La législation interdirait également aux États de mettre en œuvre et d’appliquer certaines règles relatives aux voitures sans conducteur alors que les régulateurs s’efforcent de créer des normes de sécurité fédérales améliorées pour la conduite autonome.

Selon les termes de la proposition, les constructeurs automobiles seraient tenus de soumettre des rapports d’évaluation de la sécurité aux régulateurs américains, mais l’approbation préalable à la commercialisation des véhicules autonomes ne serait pas requise.

Les constructeurs automobiles devraient montrer que les voitures autonomes “fonctionnent comme prévu et contiennent des fonctionnalités de sécurité intégrée”, mais le ministère des Transports ne pourrait pas “conditionner le déploiement ou les tests de véhicules hautement automatisés à l’examen des certifications d’évaluation de la sécurité”, selon le projet de mesure dévoilé lundi soir.

Les entreprises travaillant sur les véhicules autonomes, notamment General Motors, Alphabet, Ford et Tesla, ont fait pression sur le Congrès pour adopter une mesure fédérale qui préviendrait les règles envisagées en Californie et dans d’autres États qui limiteraient le déploiement de véhicules autonomes. La mesure approuvée à titre préliminaire aujourd’hui permettrait aux fabricants de renverser la règle exigeant que les voitures autonomes aient des commandes de conducteur, et elle empêcherait les États d’établir des normes de voiture autonome pour les logiciels et les systèmes de sécurité.

L’un des véhicules Lexus qu’Apple utilise pour tester son logiciel de conduite autonome
La mesure a été mise à jour la semaine dernière pour ajouter une directive qui obligerait la National Highway Traffic Safety Administration à rédiger de nouvelles règles pour les véhicules autonomes dans les 18 mois, mais les groupes de défense des consommateurs affirment que le projet de loi doit être modifié pour garantir que les constructeurs automobiles accordent la priorité à la sécurité et ne mettent pas consommateurs plus à risque d’accident.

Apple a son propre logiciel de conduite autonome en développement et bénéficierait de la réglementation assouplie si le projet de loi était adopté. Apple a précédemment demandé au California DMV de réévaluer certaines de ses règles, y compris celles qui obligent les entreprises à fournir des rapports publics détaillés sur les variables et les résultats des tests.

Le PDG d’Apple, Tim Cook, a déclaré en juin qu’Apple considérait son travail sur les systèmes de conduite autonome comme “la mère de tous les projets d’IA”. Apple teste actuellement son logiciel dans plusieurs véhicules Lexus RX450h équipés d’une multitude de capteurs et de caméras.

Le comité plénier pourrait voter sur la mesure dès la semaine prochaine, mais la Chambre des représentants des États-Unis n’examinera pas le projet de loi avant sa reprise en septembre après les vacances d’été. Le représentant Robert Latta, qui dirige le sous-comité du comité de l’énergie et du commerce chargé de superviser la protection des consommateurs, prévoit de continuer à envisager des changements avant le vote du comité plénier.

SharePlay, vidéo ProRes, basculement macro automatique, audio spatial sans perte et Dolby Atmos pour 孒omePod ? et plus.

SharePlay vous permet de partager votre écran avec d’autres. Voici comment partager votre écran via FaceTime.

Le nouveau modèle haut de gamme passera d’Intel au silicium d’Apple.

Les lunettes de réalité augmentée Apple devraient arriver dans les prochaines années. Voici ce que nous savons jusqu’à présent.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *